RGPH 2 – 1993 Tome 3 | État Matrimonial

14 janvier 1997

Le présent rapport comprend deux chapitres. Le premier est consacré à L'état matrimonial; le deuxième porte sur la nuptialité. L'état matrimonial et la nuptialité sont des facteurs importants de la fécondité. Ils exercent en effet sur celle-ci une influence certaine. Toute attitude de la population à l'égard de la nuptialité (changement de calendrier ou d'intensité par exemple) a un effet à terme sur la fécondité.


L'état matrimonial et la nuptialité sont des facteurs importants de la fécondité. Ils exercent en effet sur celle-ci une influence certaine. Toute attitude de la population à l'égard de la nuptialité (changement de calendrier ou d'intensité par exemple) a un effet à terme sur la fécondité. Par rapport aux résultats du RGPH de 1975, la structure matrimoniale au RGPH de 1993 indique en outre une tendance des jeunes générations à retarder leur entrée en union.


La proportion des personnes en rupture d'union est relativement faible (divorcés: 5% et veufs: 3%). Alors qu'au RGPH de 1975, ces proportions étaient respectivementde39% pour les célibataires, de 52% pour les mariées et de 9% pour les personnes en rupture d'union. Le pourcentage des célibataires, des mariés et des personnes en rupture d'union diffère d'un sexe à l'autre et d'un milieu de résidence à l'autre.


Ainsi, la proportion des célibataires est plus élevée chez les hommes (49%) que chez les femmes (41%). Celle des mariés (46% pour les hommes et 47% pour les femmes) s'équilibre pour les deux sexes. Par contre, le pourcentage des unions rompues touche plus les femmes (12%) que les hommes (4%).


Document(s) téléchargeable:

INSTAT_RGPH_3.pdf (1.32Mo)